La connectivité dans les transports publics

« La connectivité dans les transports publics efface progressivement la frontière entre le monde du fixe et celui du mobile et ouvre des perspectives inédites pour les opérateurs et les passagers »

Salvatore Sinapi, Directeur Transport, Opérations Internationales ENGIE Ineo

Si le WiFi haut débit pour les passagers apparaît aujourd’hui comme un standard pour un transport collectif de qualité, l’enjeu de la connectivité mobile, bien plus vaste, relègue déjà cette question au passé. De l’exploitation à la maintenance prédictive des systèmes, de l’Internet des Objets à l’intelligence artificielle, la connectivité dans les transports publics de demain abat peu à peu la frontière entre fixe et mobile et bouleverse le système de transport lui-même. Décryptage de Salvatore Sinapi, Directeur Transport, Opérations Internationales d’ENGIE Ineo (Icomera).

A travers l’acquisition d’Icomera en Juin 2017, ENGIE Ineo est devenu le premier fournisseur mondial de WiFi dans les transports publics. L’accès au WiFi pendant les trajets est-il donc désormais une évidence ?

Dans la représentation commune, l’accès au WiFi pendant les trajets est devenu indispensable pour de nombreux modes de transport public (TGV, bus, trains régionaux, etc.). L’accès à Internet doit permettre aux voyageurs de perdre le moins de temps possible (travailler ou se divertir) tout en les encourageant à emprunter un mode de transport plus respectueux de l’environnement. Dans les faits, et notamment en France, l’accès au WiFi embarqué reste encore un vaste domaine à conquérir, nous sommes au début d’une histoire ! Les pays scandinaves ont une avance certaine en la matière, suivis de près par le Royaume-Uni et l’Allemagne. Il reste donc beaucoup à faire et le potentiel du marché du WiFi passagers est immense que ce soit en France, en Europe ou dans le monde ! Mais le WiFi passagers dans les transports n’est qu’une brique du sujet de la connectivité mobile qui va révolutionner à terme le système de transport dans son ensemble.
L’enjeu, c’est de rendre le transport collectif encore plus attractif, en améliorant l’« expérience du voyageur » tout en répondant aux besoins des opérateurs de transport.

Autrement dit, l’accès au WiFi pour les passagers dans les transports publics n’est qu’un aspect de la connectivité mobile ?

Un aspect très réduit… Ce qu’il y a derrière est une technologie de pointe qui contribuera à l’évolution de l’ensemble du système des transports publics.
Cette technologie innovante, portée par Icomera, contribue à faire disparaître le mur invisible entre le monde des mobiles (les véhicules) et les infrastructures fixes (voies ferrées ou routes, gares, centres de commandement, de maintenance, etc..). La connectivité réduit et ordonne considérablement « l’espace » entre ces deux mondes, favorisant en cela un changement de paradigme complet qui répond aussi aux mutations organisationnelles et opérationnelles que l’on observe par ailleurs. Plus la vitesse et la qualité de connexion sont grandes, plus la connectivité devient centrale et organique de l’architecture même des systèmes de transport.

La connectivité servira en effet les besoins des opérateurs en optimisant l’exploitation et la maintenance des systèmes. Elle est déjà au cœur des systèmes de signalisation modernes. Mais bien au-delà, l’évolution des besoins de connectivité entre les matériels roulants et l’infrastructure, qui se quantifie au-delà de 1 GB/s dès le début des années 2020, rendra rapidement obsolète le GSM-R* voire le LTE**, en dépassant même rapidement la performance promise alors par la 5G !
Des technologies comme celle de TraXside [TM], solution développée depuis 2016 par Icomera, offrent dès maintenant cette capacité, qu’on peut déjà qualifier d’« ultra haut débit ».

Le big data et l’intelligence artificielle ont-ils leur place dans la connectivité mobile et les solutions de communication embarquées ?

Si l’on fournit aux opérateurs une connectivité d’une très grande qualité entre le mobile et l’infrastructure, il devient possible de disposer au sol d’un « clone numérique » du système de transport, d’analyser en temps réel toute déviation par rapport à un comportement nominal, et par suite d’anticiper et donc de prévenir une panne ou une défaillance. Ce qui ouvre des perspectives immenses en termes d’amélioration de la disponibilité et de réduction des coûts de maintenance et d’exploitation. La digitalisation, l’IoT et l’IA joueront un rôle essentiel dans ces objectifs, et une connectivité performante sera toujours davantage une charnière au sein de systèmes de transport conçus pour être encore plus sûrs, attractifs, économes en énergie et respectueux de l’environnement.

* GSM-R : Global System for Mobile communication for Railways : la norme internationale dédiée au système ferroviaire, basée sur le même procédé que le standard de téléphonie mobile.
** LTE : Long Term Evolution : technologie de réseaux mobiles 4G.